Marquis Imprimeur inc. est le plus grand fabricant de livres canadien au service des éditeurs de taille moyenne et internationale. Nous sommes spécialisés dans la production de livres, d’annuaires, de catalogues et de répertoires. Marquis est une entreprise canadienne qui est engagée à travailler en partenariat avec d’autres entreprises, fournisseurs et Canopy dans le but de promouvoir l’aménagement durable des forêts, la protection de forêts menacées et les pratiques environnementales responsables.

Nous offrons nos services à des éditeurs et des entreprises de dix marchés différents, en offrant une vaste étendue de solutions alternatives faisables, rentables et écologiques à nos clients. Nous avons intégré des processus écologiques dans tous les secteurs de notre flux de production en plus d’avoir incorporé divers aspects de matériaux recyclables. Nous mettons continuellement nos fournisseurs au défi de nous offrir des solutions vertes afin d’améliorer sans cesse les économies environnementales. De loin, l’utilisation du papier représente le potentiel le plus élevé en matière d’économies.

Papiers issus de sources responsables. Marquis offre une grande sélection de papiers issus de sources responsables certifiées par le Forest Stewardship Council® (FSC®) (FSC-C103567).

Au cours des cinq prochaines années, Marquis continuera à encourager ses fournisseurs et ses clients et à collaborer avec eux dans le but d’augmenter l’utilisation de papiers de grade environnemental dans tous les marchés et d’être reconnu au sein de l’industrie de l’imprimerie pour son approche holistique envers la réduction de notre empreinte carbone.

Les principes suivants s’appliquent à tous les papiers utilisés par Marquis. Cette politique s’adresse à l’ensemble du cycle de vie du papier et soutien une vision ayant des avantages environnementaux, sociaux et économiques à long terme.

 

Nos objectifs de mise en œuvre

La protection de forêts anciennes et menacées

Marquis reconnaît le besoin de soutenir et d’encourager l’adoption de pratiques écologiques et socialement responsables pour assurer que les fibres utilisées dans nos papiers sont issues de forêts convenablement gérées et que les choix de terres utilisées et les pratiques de gestion contribuent à la conservation des ressources naturelles et à la protection de l’environnement. Marquis déploiera des efforts raisonnables pour encourager sa chaîne d’approvisionnement en papier afin qu’elle utilise des pratiques écologiques.

Marquis continuera à encourager notre chaîne d’approvisionnement en papier pour qu’elle utilise des pratiques respectueuses de l’environnement et nous avons choisi de travailler avec des fournisseurs qui ont adopté ces pratiques. Nous sommes fiers d’assurer qu’aucun de nos papiers n’est issu d’habitats d’espèces menacées et que nos fournisseurs partenaires n’opèrent pas dans ces endroits. Les espèces hautement menacées sont représentées dans ForestMapper sur le site suivant : https://canopyplanet.org/tools/forestmapper

Marquis travaillera dans le but d’éliminer l’utilisation de fibres en provenance de forêts anciennes et menacées[1] dans la forêt boréale canadienne, les forêts pluviales tempérées de la Colombie-Britannique, de l’Alaska et du Chili et les forêts tropicales en Indonésie et en Amazonie.

Nous travaillerons avec Canopy pour identifier des occasions pour soutenir et encourager des initiatives telles que les accords visionnaires en train d’être mis en œuvre dans des portions de la forêt boréale du Canada[2] et la forêt pluviale du Grand Ours[3].

Marquis travaillera dans le but d’assurer que les produits de papier ne proviennent pas d’habitats d’espèces menacées. Si nous découvrons que nos papiers contiennent des fibres en provenance de tels habitats, nous mettrons tout en œuvre pour changer de produits avant d’engager le dialogue avec nos fournisseurs pour qu’ils exploitent leurs ressources dans d’autres secteurs.

 

La conservation des forêts menacées et la protection de la biodiversité et des écosystèmes

Marquis privilégiera les fournisseurs qui travaillent à la conservation de forêts menacées et à la protection de la biodiversité et des écosystèmes de ces forêts. Marquis reconnaît également que certaines régions ont été identifiées comme étant des régions prioritaires pour la conservation des forêts et la biodiversité par la communauté de la science de conservation et d’autres intervenants, et nous travaillerons dans l’objectif de supprimer progressivement et de trouver des solutions alternatives adéquates aux sources de fibres provenant de ces régions. Plus précisément :

  • Les forêts et les écosystèmes menacés1
  • Les forêts abritant un riche éventail de biodiversité lourdement touché par l’activité humaine[4]
  • Les types de forêts mondiales naturellement rares et menacées1
  • Les espaces naturels boisés, incluant les espaces abritant une grande diversité d’espèces,[5] des espèces menacées,[6] ou qui procurent des services écosystémiques essentiels et de vieilles forêts qui n’ont pas été précédemment soumises à l’exploitation commerciale.

 

Certification forestière : Marquis privilégiera l’achat de papier provenant de fournisseurs certifiés par le Forest Stewardship Council (FSC).

Plantations : Au besoin, Marquis s’approvisionnera de papier dont les fibres sont issues de plantations de longue date, convenablement gérées et certifiées FSC ou de nouvelles plantations de fibres établies sur des terres agricoles ou des pâturages dégradés. Marquis encouragera ses fournisseurs de papier à abandonner la pratique de convertir les forêts naturelles en plantations.

Exploitation forestière illégale : Marquis s’engage a travailler avec ses fournisseurs de papier et d’autres intervenants pour s’assurer que des fibres de papiers issues de manière illégale ne sont pas utilisées dans la fabrication de papier acheté par Marquis.

 

Maximiser le contenu recyclé 

L’approvisionnement de fibres recyclées peut réduire la pression globale exercée sur les forêts et autres ressources naturelles importantes, particulièrement lors de l’utilisation de fibres post-consommation dans la production de papier. Par conséquent, Marquis :

  • Privilégiera le papier ayant un contenu recyclé élevé et plus précisément, un contenu provenant de fibres post-consommation.
  • Encouragera ses fournisseurs à améliorer continuellement et à accroître la disponibilité du papier recyclé.
  • Promouvra activement les avantages du papier recyclé et des pratiques de certification auprès de clients potentiels.

 

Prévenir la pollution 

La fabrication de papier est un processus nécessitant de nombreuses ressources. Ce processus peut entraîner des émissions d’air et d’eau ayant un impact sur la qualité de l’environnement en général.

  • Marquis fera de son mieux pour acheter du papier qui a été traité au moyen de procédés responsables de blanchiment sans chlore, tel que le procédé sans chlore (PSC) et le blanchiment totalement sans chlore (TSC).
  • Marquis achètera du papier uniquement auprès de fournisseurs qui rencontrent ou excèdent les exigences juridiques en matière de performance environnementale pour le contrôle de la pollution.

 

Marquis privilégiera les fournisseurs de papier, d’encre, de plaques d’aluminium et d’équipement qui surveillent et réduisent les émissions générales en adoptant les plus récentes technologies et pratiques pour minimiser la pollution. Les fournisseurs devront soutenir les programmes de recyclage pour le matériel.

  • Les encres à base végétale continueront à être utilisées, dans la mesure du possible, pour minimiser les composés organiques volatils (COV).

 

Réduire l’empreinte carbone 

Marquis s’efforcera à réduire son empreinte carbone et ses impacts sur le réchauffement climatique. Pour ce faire, nous mettrons en œuvre les stratégies suivantes :

  • Utiliser des produits ne portant pas atteinte aux forêts anciennes et des papiers recyclés.
  • Privilégier le papier fabriqué par des fournisseurs qui utilisent des stratégies efficaces pour réduire leur empreinte carbone.
  • Être soucieux d’autres domaines d’activités où des initiatives peuvent être mises en œuvre pour réduire activement notre empreinte carbone, comme le recyclage de palettes en bois et du plastique, le recyclage au bureau (papier, verre, canettes), la séparation de divers types de papier et de déchets de carton, la réduction de l’utilisation de l’éclairage et de la consommation d’énergie.

 

Développer des sources de fibres issues de résidus agricoles

Marquis travaillera avec des fournisseurs et Canopy pour explorer et encourager le développement de résidus[7] et de fibres agricoles comme une source de fibres commercialement viable pour le papier. Nous prévoyons des progrès rapides dans ce domaine au cours des prochaines années et nous planifions nous tenir informés de développements connexes et d’occasions potentielles. Par conséquent, Marquis :

  • S’approvisionnera en papier contenant des fibres comme la paille de blé ou autres résidus agricoles lorsque cela est possible;
  • Soutiendra les recherches et le développement de la production à échelle commerciale de pâtes et de papier issus de sources de fibres alternatives. Nous pourrions également offrir du temps de pressage pour des essais sur des papiers convenables.

 

Promouvoir le leadership de l’industrie 

Marquis reconnaît l’importance de la sensibilisation aux questions de l’environnement auprès de ses clients, ses employés et ses pairs. Alors que la mise en œuvre progresse, Marquis :

  • Affichera le contenu post-consommation du papier et/ou utilisera les logos Ancient Forest Friendly et FSC lorsque cela est approprié.
  • Incorporera notre engagement environnemental dans des forums en ligne et électroniques lorsque cela est pertinent.
  • Fournira une formation officielle comprenant les essais de certification pour tous les employés concernés.
  • Lancera des campagnes visant à promouvoir des initiatives ne portant pas atteinte aux forêts anciennes (telles que des publicités, du matériel promotionnel et des évènements).

 

Assurer une mise en œuvre réussie et rapide

Marquis s’engage à continuellement améliorer ses pratiques environnementales en :

  • Augmentant son efficacité en matière de papier et en diminuant ses déchets.
  • Évitant de s’approvisionner de papier issu de forêts anciennes et menacées et de toute source controversée.
  • Réduisant ses émissions de gaz à effet de serre.
  • Augmentant annuellement ses stocks de papier recyclé.
  • Impliquant tout les intervenants dans le processus : employés, fournisseurs, actionnaires et clients dans la mise en œuvre de cette politique environnementale et d’achat de papier. Tous les employés de vente doivent compléter une formation officielle pour s’assurer qu’ils ont une bonne compréhension et la capacité de promouvoir le programme Legacy et ses processus connexes.
  • Aidant à développer l’utilisation de fibres ne provenant pas du bois.
  • Travaillant avec nos fournisseurs actuels pour les encourager à fournir de l’information sur leurs pratiques pour que leurs politiques puissent être comparées à cette politique. Marquis travaillera avec ses fournisseurs sur des questions liées à la conformité.
  • Définissant des critères et des échéanciers, en mettant en œuvre cette politique et en révisant périodiquement ce processus.
  • Soumettant un rapport d’avancement annuel sur la mise en œuvre de cette politique. Les critères initiaux seront disponibles aux fins de production de rapports dans les 60 jours de la date de publication.

 

Cette politique a été approuvée par :

Serge Loubier, président et PDG

Marquis Imprimeur inc.

Date de publication : 2 septembre 2020

 


[1] Les forêts anciennes et menacées sont définies comme des mosaïques intactes des paysages forestiers, des types de forêts naturellement rares, des types de forêts devenues rares en raison de l’activité humaine et/ou d’autres forêts qui sont essentielles au plan écologique pour la protection de la biodiversité. Les composantes écologiques des forêts menacées sont : les paysages forestiers intacts, les vestiges de forêts et les noyaux de restauration; la connectivité des paysages; les types de forêts rares; les forêts à haute diversité d’espèces; les forêts ayant une concentration élevée d’espèces rares et menacées, les forêts présentant un taux d’endémisme élevé; l’habitat principal d’espèces prioritaires; les forêts présentant des phénomènes écologiques et évolutionnaires rares.  Pour localiser géographiquement les forêts anciennes et menacées, les cartes des forêts à hautes valeurs de conservation (FHVC) — telles que définies par le Forest Stewardship Council (FSC) — et des paysages forestiers intacts (PFI) peuvent être utilisées et combinées avec des cartes d’autres valeurs écologiques clés comme l’aire d’habitat d’espèces menacées clés et de forêts contenant de hautes concentrations de carbone terrestre et de stocks élevés de carbone. (The Wye River Coalition’s Endangered Forests: High Conservation Value Forests Protection—Guidance for Corporate Commitments. Ce document a été révisé par des groupes de conservation, des entreprises et des scientifiques comme le Dr Jim Strittholt, président et directeur général du Conservation Biology Institute, et il a été adopté par des entreprises pour leurs politiques d’approvisionnement de produits forestiers). Les forêts menacées dans le monde comprennent les forêts boréales canadiennes et russes, les forêts pluviales côtières tempérées de la Colombie-Britannique, de l’Alaska et du Chili et les forêts tropicales et les tourbières en Indonésie, en Amazonie et dans l’ouest de l’Afrique.

[2] Il est essentiel de protéger les forêts boréales abritant les plus vastes étendues restantes de forêts dans le monde. La forêt boréale canadienne abrite les plus grandes sources d’eaux douces non gelées de la planète et elle fait partie de l’un des plus grands puits terrestres à carbone dans le monde; ce qui équivaut à 26 ans d’utilisation de combustibles fossiles mondiale. Canopy s’engage à travailler avec nous pour établir de nouveaux lieux protégés, pour protéger des espèces menacées et pour mettre en œuvre des méthodes de récolte durables dans la forêt boréale canadienne.

[3] Un plan de conservation juridique a été finalisé pour la forêt pluviale du Grand Ours. Le 1er février 2016, le gouvernement de la C.-B., les communautés des Premières Nations, des organismes environnementaux et l’industrie forestière ont annoncé un Cadre de gestion axé sur une approche écosystémique qui protège 85 % de cette région de l’exploitation forestière et l’autre 15 % est sujet à des règles d’exploitation très strictes. Sous réserve que ces accords soient complètement mis en œuvre, l’approvisionnement de cette forêt ancienne et menacée peut être considéré comme étant dans les limites de niveaux durables. Nous encourageons une vérification continue de ce cadre en renouvelant notre certification auprès du Forest Stewardship Council.

[4] Les réserves de biodiversité forestières. Ce sont des régions écologiques situées principalement dans les tropiques et identifiées par les scientifiques de la conservation comme des forêts ayant un minimum de 1 500 espèces de plantes endémiques et qui ont déjà perdues 30 pour cent ou plus de leur habitat d’origine.

[5] Les régions sauvages sont définies comme des régions d’au moins 1 million de kilomètres carrés avec une densité de population de moins d’une personne par kilomètre carré. Les régions sauvages avec une très grande biodiversité comprennent un minimum de 1 500 espèces de plantes endémiques.

[6] Les espèces menacées telles que désignées par la Liste rouge de l’UICN, ainsi que le statut de conservation de NatureServe pour les espèces en péril à haut risque d’extinction en raison d’un espace restreint, d’une population trop faible (souvent 20 ou moins), d’importantes baisses de population ou d’autres facteurs.

[7] Les résidus agricoles sont des résidus restants de la production alimentaire ou d’autres processus. Leur utilisation maximise le cycle de vie de la fibre. Les fibres comprennent : les pailles céréalières comme les pailles de blé, les pailles de riz, les pailles de lin oléagineux, les tiges de maïs, les tiges de sorgho, les bagasses de canne à sucre et les pailles de ray-grass. Lorsque l’analyse du cycle de vie démontre des bienfaits environnementaux et que la conversion de forêts en cultures spéciales n’est pas un enjeu, le kénaf et d’autres cultures spéciales peuvent également être inclus ici. (Les résidus agricoles ne sont pas issus de cultures spéciales qui remplacent des peuplements forestiers ou des cultures alimentaires).